Compte-rendu du séminaire du 30 mars 2018 – Création en réseaux

UFR LASH, Salle du Conseil
L’objectif de ce premier séminaire du programme PARTITA était de susciter une réflexion sur l’impact des médias numériques dans le travail de création et les parcours professionnels des artistes. Le séminaire a été organisé à l’UFR LASH par le laboratoire SIC.Lab Méditerranée, engagé depuis 2014 au sein du réseau de chercheurs CREAMED (Création & Médiation,https://creamed.hypotheses.org) en coopération avec d’autres laboratoires SHS de la région PACA.

Le professeur Norbert Hillaire étant retenu pour des raisons de santé, Dominique Moulon, critique d’art spécialiste de la création numérique, a ouvert le séminaire en mettant en évidence l’émergence d’un art qualifié de « post-digital». Clyde Chabot, metteure en scène et comédienne, a montré quant à elle comment le travail numérique se place désormais au cœur des dispositifs de création et de communication de la compagnie « La Communauté Inavouable », qu’elle administre et accompagne depuis de nombreuses années. Tous deux ont proposé une réflexion théorique et analytique sur leur pratique professionnelle, tant dans le théâtre que dans les arts visuels. Les deux artistes-chercheur.e.s ont témoigné de parcours créatifs marqués par un glissement de l’usage du numérique en vue de la création vers un usage de plus en plus dédié aux activités de réseautage professionnel.

Ce glissement permet de mieux comprendre comment les réalités des pratiques digitales, avec les similitudes et les singularités que présentent les arts visuels et le spectacle vivant, évoluent aujourd’hui autour de parcours centrés sur la création artistique. Dans l’après-midi, Hervé Zénouda, MCF à l’Université de Toulon, a décrit des expériences liées à la pratique musicale et chorégraphique. Il a montré le « rapport intense » qui relie la création en soi, l’usage du numérique comme un outil innovant et la réalité polymorphe du travail de l’artiste Celui-ci s’éclaire dans la découverte de son parcours et de son rapport à la société, dans des lieux et une époque où il doit se fondre, mais aussi se distinguer.

A l’invitation des étudiant.e.s du master EMIC (Université Côte d(Azur), les débats se sont poursuivis à la soirée de clôture de « Mars aux Musées », organisée au Musée d’Art Moderne & d’Art Contemporain de Nice, en présence de nombreux danseurs, comédiens et plasticiens.

 

Vincent Lambert et Nicolas Pélissier

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.