Workshop 17 avril 2018 – Compte-rendu

Les chercheurs de Partita ont invité une vingtaine de représentants du théâtre, comédiens, metteurs en scène, directeurs de compagnie, directeurs de théâtre, à un workshop dédié au parcours des artistes professionnels du théâtre.

Cette journée de rencontres a été pilotée par l’ensemble des partenaires de Partita, à savoir, l’Entre-Pont, l’Ecole Régionale des Acteurs de Cannes et de Marseille, le Conservatoire à Rayonnement Régional, Skema et le SicLab, et a reçu l’appui d’un groupe d’étudiants issu du Master2 ICM.

L’objectif du premier workshop est de permettre des échanges entre artistes et universitaires sur les thèmes du projet PARTITA : trajectoire, réseaux, ressources locales, de façon à identifier les freins au développement de la professionnalisation dans le département et de détecter des besoins en formation des professionnels du théâtre.

Le programme du jour intègre différents formats : témoignages autour de tables rondes, ateliers d’échanges et de réflexion, séances plénières de restitution et également sur plusieurs performances artistiques.

La première matinée a été consacrée à la professionnalisation des métiers du théâtre. En guise d’introduction, elle a commencé par une lecture de textes sur la condition d’artiste choisis par Maud Narboni, diplômée de l’ERAC, incluant des passages de Lettres à un jeune poètede Rilke ; Lettresde Koltès ; Discours de Suèdes de Camus; De l’acteurd’Antoine Vitez, etc.

S’en est suivie une table ronde qui a rassemblé plusieurs comédiens et différents chercheurs sur le thème « Qu’est-ce qu’un artiste professionnel ? ». Aurélie Péglion a ouvert la discussion en rappelant les origines du régime des intermittents du spectacle qui permet de concilier la liberté de choix du métier d’artiste avec une forme de sécurité.

Cyril Cotinaut s’interroge sur le lien formation-artiste professionnel et les sacrifices que suppose le choix d’une vie artistique. Maud poursuit la discussion en décrivant le temps plein des études, des projets en contraste avec les temps vides d’attente inoccupés. Alexandra Tobelaim poursuit la discussion sur l’attraction viscérale au métier d’artiste. Autres thèmes évoqués : l’artiste (inspiré ou maudit) et l’artisan (celui qui fait, qui produit), la difficulté à dire « je suis artiste », l’aspect viabilité économique des projets.

La deuxième partie de la matinée a été organisée autour de quatre ateliers de travail.

Les parcours professionnels et la formation ont occupé une large place des échanges et des réflexions (atelier 1). Les participants, acteurs et metteur en scène ont engagé une discussion sur les parcours d’artistes : quelles approches de la carrière artistique ?  A quel moment devient-on professionnel ? quel est le rôle de la formation, des rencontres…

La formation ne passe pas obligatoirement par une école, un diplôme, elle peut s’acquérir dans le métier. Trois types de parcours sont identifiés. Une autre partie de l’atelier a été consacrée à la mise en scène, la direction de compagnie : comment se former, comment se préparer et comment entrer dans l’économie du spectacle vivant ?

L’atelier 2 a été dédié aux questions autour du montage des projets en réseaux. Il s’est centré sur la question suivante : comment faciliter la mise en réseau professionnel sur le territoire régional, national et international ? Les participants mentionnent l’importance de plus en plus grande des réseaux. Les circuits de production évoluent vers des partenariats à créer en amont de la diffusion, une exigence de structuration des compagnies, une augmentation du nombre de compagnies. Ils listent différents réseaux : réseaux formels propres aux structures institutionnelles, des programmateurs, réseau des écoles, réseaux d’entraide, Compagnie Générale, réseaux tissés autour de l’Entrepont qui facilitent la mise en place de projets, et aussi les idées de production, de diffusion. Les artistes pointent la difficulté de toucher de façon efficace les réseaux de diffusion (Le Chainon manquant, les CCAS…). Cependant, il est indiqué que parfois les réseaux informels sont d’une plus grande aide pour le développement de compagnies que les réseaux de diffusion (conseils, échanges, mise en commun).

L’atelier 3 a traité des politiques publiques concernant le théâtre professionnel sur la Côte d’Azur : quelles ressources sur le territoire Côte d’Azur pour promouvoir les métiers du théâtre ? quelle place pour les collectifs dans l’activité théâtrale sur la Côte d’Azur ?

Un certain nombre de changements sont intervenus depuis 10 ans avec une vraie prise de conscience, dans le bon sens, des politiques, comme le témoigne la création de structures comme l’Entre-pont (lieu intermédiaire ouvert au public) contrairement aux Diables Bleus. Ces changements font suite à une longue période d’absence totale d’intérêt des politiques publiques du département pour les arts vivants, en particulier le théâtre. Or, les compagnies manquent cruellement de lieux de répétition, lieux de résidence, lieux de stockage, et souffrent de l’absence de ressources professionnelles d’écoute et de conseil (comme c’est le cas au niveau de la région PACA). Ce, d’autant plus que les écoles ne forment pas de chargés de production, ni d’agents de chargés de diffusion ET que les diffuseurs se déplacent peu.

Les usages et les enjeux des réseaux sociaux, les médias et les outils numériques dans la mise en avant de soi et de son travail ont fait également l’objet d’un travail spécifique par l’atelier 4 dédié à la mise en visibilité et le numérique – Se rendre visible aujourd’hui/ la mise en visibilité de soi et de son travail : usages et enjeux des réseaux sociaux, des médias et des outils numériques.

Après un déjeuner-buffet, l’après-midi a été consacré à la synthèse et restitution des travaux et à un débat ouvert au public. Une cinquantaine de participants étaient rassemblés sur les gradins de la salle de spectacle de l’Entre-Pont.

Un débat ouvert co-animé par Frédéric Alemany (responsable Entre-Pont) et Frédéric Grosche (coordinateur des études ERAC) s’est engagé autour de chaque thème abordé le matin. Il a abouti à une restitution finale en fin d’après-midi.

Pour éclairer et favoriser les échanges, les étudiants du Master ICM ont travaillé sur différents projets : une carthograpie, un profilage des sites de quelques artistes et également quelques interviews d’artistes.

Cartographie

Après avoir catégorisé les lieux de spectacle en région Provence Alpes Côte d’Azur (principalement sur la bases des données issues du site d’Arcade PACA), les étudiants du Master ont réalisé une cartographie détaillée en concevant un support via l’outil Google Maps. Un écran tactile géant a permis la mise à disposition de la carte, avec possibilité de faire des exports de données.

L’objectif est de permettre aux chercheurs de visualiser les lieux institutionnels et intermédiaires et leur répartition dans l’espace ; il a pu également permettre aux artistes de trouver des informations précieuses grâce aux fiches proposant des informations détaillées pour chacun des lieux.

Profilage des sites artistiques

Le projet était de faire le profilage internet de quelques artistes présents au workshop pour créer un questionnement sur la maîtrise de son image à travers les réseaux sociaux en générant une attention particulière pour permettre d’ouvrir aux multiples possibilités pour d’utiliser au mieux les médias. La présentation en début d’après-midi est accompagnée d’un “guide” des bonnes pratiques en ligne.

Interview d’artistes (film)

Les étudiants du Master ont également réalisé un montage d’interviews d’artistes du spectacle vivant pour dépeindre la réalité dans laquelle vivent les artistes plus “amateurs”. L’objectif est de compléter le travail des chercheurs concentré sur des acteurs confirmés ou en devenir (issus d’école). Ce travail a été présenté sur une console avec libre accès lors de toute la journée du workshop.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.