Séminaire du 22 octobre 2018 Créativité collaborative SKEMA Business School

VLAD GLAVEANU

La créativité selon Vlad Glaveanu

Webster University, Genève, Swiss http://www.webster.ch/academics/faculty/profiles/glaveanu.html

L’équipe du projet PARTITA a accueilli le 22 octobre 2018, Vlad Glaveanu, chercheur à l’université Webster de Genève (http://www.webster.ch/academics/faculty/profiles/glaveanu.html) venu présenter l’état de ses recherches sur la créativité participative et ses modalités de déploiement dans l’ensemble de la société.

Après une brève histoire des concepts de la créativité, Vlad Glaveanu a présenté les trois paradigmes qui selon ses recherches dirigent celle-ci et  se fondent dans le concept qu’il a élaboré (Distributed Creativity) ; une forme de créativité en partage pour laquelle il a précisé à la fois les états successifs, les perspectives et les dialogues possibles avec d’autres disciplines, mais aussi étudié ses objets et ses potentialités, pour répondre à la question de savoir « où chercher ou ne pas chercher de la créativité ? ».

La présentation historique s’est articulée autour des statuts successifs du génie, un don ou une malédiction divine jusqu’à la Renaissance qui lui donne ses lettres de noblesse avec Léonard de Vinci et son projet de progrès éclairant le chemin de l’humanité avant que le XIXesiècle n’exalte la créativité comme un idéal romantique. De ces statuts successifs nait, dès la modernité et plus encore avec la postmodernité, l’idée d’une créativité reproductible à l’infini.Vlad Glaveanu en dégage trois paradigmes. Le premier est le paradigme du « IL » (HE-paradigm), celui du génie, individualiste, centré sur sa propre éminence et ses réalisations révolutionnaires, à la créativité à la fois essentialiste et exclusive, disruptive et isolée du commun. Son second paradigme, celui du « JE » (I-paradigm) est plus démocratique mais guère plus social que celui du génie évoqué précédemment. Dans ce paradigme, la créativité apparaît à la fois comme une caractéristique cognitive et un trait de personnalité, évaluable sur des critères psychométriques. Le troisième paradigme, celui du « NOUS » (WE-paradigm) peut être considéré à la fois comme un ancien et un nouveau paradigme. Il se focalise sur le contexte social où une créativité basée sur les relations et les interactions peut être une action autant psycho-sociale que matérielle. Ce paradigme met l’accent sur la collaboration et la conception de modèles systémiques de développement.

Vlad Glaveanu compare ensuite les évolutions historiques du vocabulaire relatif à la créativité, ramené à deux séries d’acronymes. Dans la première série qui traduit l’ancien vocabulaire de la créativité on trouve les « 4 P » : Personne (Person) relatif aux qualités personnelles de créativité, Processus(Process) relatif aux mécanismes cognitifs primaires de la celle-ci, Produit (Product) relatif aux manifestations matérielles de la créativité, etPress (que nous traduirons par Conditionnement dans ce contexte) relatif au dispositif social externe conditionnant l’expression de la créativité. 

Vlad Glaveanu marque l’évolution des « 4P » vers les « 5A » de la créativité partagée par un glissement vers des valeurs collectives. Ainsi le Persondevient un Actor interagissant ; le Process, une Actioncoordonnant des manifestations psychologiques et comportementales tandis que le Product devient un Artefact transformé par l’homme. Enfin le Press, devient à la fois Audienceet Affordances que nous traduirons par Audienceet Potentialités qui acte la transformation du dispositif initial de réceptionde la créativité en une relation d’interdépendance entre les créateurs et le monde social et matériel. Nous notons à ce stade que Vlad Glaveanu ne fait pas de distinction entre créateur et créatif.

La créativité collaborative fonctionne selon le paradigme mis en avant par  ce dernier comme un dispositif où un acteur coordonne dans un contexte riche en potentialités socio-culturelles et matérielles, une action créative partagée permettant la production d’un artefact. En engageant ainsi les acteurs de la création à « sortir de leur boite (individuelle) », il positionne la créativité collaborative à l’intersection d’axes temporel, social et matériel. Il argumente en faveur d’une écologie de l’action créative dont le point de départ se situe à l’intérieur d’un cadre favorable à cette action, qui intègre sans a priori les idées les plus disruptives élargissant le cadre initial. L’écologie de l’action créative composée de multiples formes d’interactions favorise ainsi la pensée divergente, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives à la créativité. Celle-ci se transforme en une notion relationnelle englobant les interactions sociales larges et en orientant l’action permet de dépasser les positions institutionnalisées que nous occupons dans la société. Mesurée à l’aune des dynamiques développementales, cette créativité partagée permet de faire dialoguer des perspectives différentes qui ouvrent vers des nouveaux modèles créatifs caractérisés par une articulation souple entre statuts psychologique, social et matériel.

Vlad Glaveanu prend en compte les potentialités de nos différentes positions dans le monde et les déplacements physiques et symboliques que nous opérons dans celui-ci pour ouvrir une fenêtre prospective essentielle pour l’action créative du fait des facteurs intégratifs, multiplicatifs et réflexifs de ces déplacements. Dans la dernière partie de sa conférence, il s’attache à expliciter le rôle des objets dans son concept de créativité collaborative en approfondissant leur dichotomie, à la fois inspirateur et support de la création, la guidant et la dirigeant, lui offrant un cadre qui la contraint mais lui permet aussi d’osciller entre permanence et inattendu. Vlad Glaveanu souligne à quel point l’objet agence la création et combien la créativité est un concept relationnel entre personnes mais aussi entre personnes et objets, et entre les objets. Il considère que les objets créatifs que nous utilisons habituellement sont seulement ceux qui correspondent à certains canons historiques de la créativité et nous propose une vue potentielle de la créativité bien plus large que le cadre normatif habituel ainsi que de ses éventuelles possibilités pour gagner les territoires créatifs inexploités restant à percevoir ou à inventer.

Il propose une définition protéiforme de l’action créative comme l’exploitation de potentialités existantes de manière différente, permettant d’en découvrir de nouvelles et d’en créer si nécessaire. La clé de la compréhension de la faculté d’action des différents objets de la créativité réside dans la prise en compte de leurs interactions avec les utilisateurs, produisant une co-agentivité, c’est-à-dire une nouvelle forme d’action commune. Le WE-paradigm se focalise sur les relations sociales dans les études récentes sur la créativité et place les aspects relationnels au centre du processus créatif. Une pensée tournée vers la création participative devient une forme sociétale mais Vlad Glaveanu ne veut pas clore son propos sans aborder la question de la relation inverse, c’est-à-dire du rôle de la créativité dans la construction de la société. Il propose de considérer la définition d’un modèle de société comme un domaine de la créativité en s’appuyant notamment sur des projets de recherche labellisés « Visions Horizons 2020 » présentés lors du Forum de Recherche de Copenhague de 2012, qui proposent des défis créatifs collaboratifs. Ces challenges sont destinés à résoudre par la créativité des problèmes dans les relations interpersonnelles et appellent à des formes sociétales de créativité issues de l’innovation sociale.

Ce changement social documenté par Vlad Glaveanu à partir de mouvements sociaux est étudié à partir de la puissance de l’apport de la créativité dans la compréhension des changements sociétaux. Vlad Glaveanu termine ainsi sa démonstration avec l’exemple de « l’artivisme », un néologisme formé à partir des termes art et activisme, qui a été récemment employé au sujet des œuvres de Banksy. L’utilisation de l’art comme outil de protestation sociale et de critique politique, montre combien la créativité peut nous offrir de nouvelles manières de voir le monde et contribuer à restructurer notre vie quotidienne. Au final la conférence de Vlad Glaveanu souligne combien le rôle social de la créativité recèle de pistes de nouvelles études pluridisciplinaires.

Véronique PILLET-ANDERLINI


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.